Accueil > Pratiquer > Journal d’un cartographe (1996-novembre 2003)

Retour d’expérience

Journal d’un cartographe (1996-novembre 2003)

mardi 4 novembre 2003, par Denis Rebaud

Mon premier essai avec des crayons de couleur me donne confiance : je sens que c’est la bonne technique pour moi, car les crayons de couleur ne bavent pas sur le texte (on peut facilement surligner en jaune sans problème). De plus, j’aime bien cette sensation de détente que me procure le coloriage, propice à la réflexion où je sens mon cerveau vagabonder d’une idée à l’autre.

Après quelques semaines de trajet dans ma sacoche, les cartes commencent à s’abimer, car les couleurs ont tendance à se transférer entre cartes situées en vis-à-vis. Pour y remédier, je ne dessine plus qu’une seule carte par feuille, ce qui me permet de noter maintenant des informations sous forme « classique » sur la page ainsi libérée (tableaux, figures...). D’autre part, je pulvérise sur mes cartes du fixatif pour crayons de couleur et fusain [3].

Pour le plaisir, je colorie les branche principales en dégradé pour créer un effet de relief et j’ajoute un léger filet en gris clair sous celles-ci avec un feutre pinceau Tombo n°530 [4], histoire de donner une illusion de profondeur.


Cet article est découpé en plusieurs pages. N’hésitez pas à les parcourir en utilisant la barre de navigation ci-dessus.

Portfolio


[3Aérosol en vente dans les magasins spécialisés dans les arts graphiques. Vous pouvez aussi utiliser de la laque pour cheveux.

[4Matériel en vente dans les magasins spécialisés dans les arts graphiques ou les bonnes papeteries.